Widget Image
Widget Image
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim

Subscribe to our newsletter

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam
[contact-form-7 404 "Not Found"]

Solutions 30, l’ETI championne

« Rendre accessibles les mutations technologiques qui transforment notre vie quotidienne », c’est la mission tout aussi simple que révolutionnaire que s’est donnée Solutions 30. Cette entreprise créée en 2003 a réussi à croître de manière insolente en seulement 16 ans d’existence. Coup de projecteur sur cette ETI cotée… Et couronnée aux Trophées Futur40 en juillet dernier. Franck d’Aloïa son Directeur général s’est entretenu avec Objectif ETI.

L’entreprise existe depuis 2003, et en seulement 16 ans, vous avez déjà raflé la place de leader européen, fait votre entrée en bourse, atteint un CA de 440 millions d’euros cette année, et recruté plus de 8000 techniciens, comment avez-vous réussi à passer aussi vite toutes ces étapes ?

En 2003, à sa création, Solutions 30 avait pour vocation de procurer aux fournisseurs d’accès internet un service d’installation et d’assistance de leurs modems et périphériques.

Nous avons bâti notre modèle sur le fait qu’on prenait en charge des services qui n’étaient pas le cœur business de nos clients, mais plutôt un centre de coûts.

Nous avons connu une expansion rapide portée par le déploiement d’internet. Au début, nous avons eu une croissance très forte, avec un doublement du chiffre d’affaires tous les trois mois.

Ce qui a permis de continuer à croître vite, ça a été la décision de se diversifier,

  • d’un point de sectoriel (avec les compteurs communicants par exemple, mais aussi avec l’enrichissement de nouveaux secteurs comme le retail)
  • d’un point de vue géographique ensuite (nous avons investi sur les marchés émergents et nous sommes aussi présents sur tout le territoire).

Grâce à cette combinaison, nous avons atteint une taille critique assez vite.

 

Quelle a été la décision stratégique la plus marquante ?

Dès 2007, nous avons choisi la voie de la diversification pour mutualiser nos ressources.

Une croissance organique, une trentaine d’opérations de croissance externe, conjuguées à une approche multisectorielle, nous ont permis de densifier notre maillage territorial et rentabiliser le nombre de kilomètres parcourus pour nos interventions.

Pour les clients cela a aussi engendré des économies et de l’efficience dans les services rendus. Notre réactivité a ainsi été décuplée grâce à cette nouvelle organisation.

 

Vous êtes présent dans 7 pays européens (dont la France), comment avez-vous réussi cette internationalisation ? Quelles sont les étapes pour mener à bien cette transformation ?

Notre enjeu est d’avoir un modèle qui soit semi industriel et duplicable à l’international.

Bien sûr, Il faut l’adapter car c’est une prestation de services, mais le modèle de mutualisation et de pilotage de l’activité reste duplicable…

Par ailleurs, beaucoup de nos clients sont à l’international et nous accompagnent aussi dans notre développement. Nous ciblons en priorité les pays limitrophes et cela nous permet d’avoir une certaine proximité vis-à-vis d’eux.

 

Quels ont été vos derniers challenges ? Et les prochains ?

Le dernier challenge était international, nous avons réalisé une opération importante au Bénélux, en intégrant les services de proximité du téléopérateur belge Telenet. Cela a représenté pour nous un triplement de notre activité dans cette région. Absorber un tel volume d’activité a été un véritable challenge, que nous avons relevé sans impact sur nos marges.

Plus globalement, notre défi depuis la création de Solutions 30 est de gérer cette croissance, en moyenne 28% par an, et 50% de croissance sur les 4 dernières années…

Notre enjeu à venir, c’est de continuer à diversifier nos activités dans de nouveaux pays et de nouveaux marchés.

Le prochain pays qui pourrait nous intéresser car il répond à nos critères, c’est sans doute la Pologne. Nous avons déjà des clients sur place, ainsi que des partenaires, et cet ancrage devrait faciliter notre implantation locale.

En ce qui concerne la conquête de nouveaux marchés, nous ciblons le marché de la 5G, les bornes de recharge de véhicules électriques, les objets numériques, tous très porteurs et sur lequel nous avons des atouts concurrentiels importants à faire valoir…

 

On parle beaucoup de start-ups, de grands groupes, et très peu d’ETI… Pourquoi selon vous ? Qu’est-ce que vous aimeriez qu’on mette en avant dans les ETI ?

Il est vrai que les ETI ont en France un déficit d’image significatif.

Pourtant, on pourrait parler de ce que les ETI apportent au pays, notamment en termes d’emplois. Rien que chez Solutions 30, nous étions 1000 collaborateurs en 2015, nous avons atteint les 5000 collaborateurs en 2019.

Nous participons donc activement au développement économique du pays !

 

Quelle règle aimeriez-vous voir changer ?

Notre plus gros enjeu, ce sont les recrutements : avoir les bonnes ressources au bon moment. Fluidifier le marché du travail pour dynamiser les recrutements serait sans doute une bonne idée…

 

Un conseil à donner pour un entrepreneur de PME qui croît ? Y a-t-il des étapes à ne pas rater et/ou des choses indispensables à savoir ou à faire ?

Savoir s’entourer, trouver les bons partenaires, les écouter c’est indispensable.

Les meilleures décisions sortent rarement d’une seule et même tête, c’est le fruit de discussions à plusieurs.

L’autre aspect important, c’est de savoir gérer les changements, les évolutions vers de nouvelles activités. Il est parfois délicat pour les collaborateurs de s’adapter, adhérer aux nouveaux enjeux. Il faut les accompagner.