Widget Image
Widget Image
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim

« Noël représente 50% du CA des magasins de jouets », Alain Ingberg, Directeur exécutif de L’ACFJF

L’Association des Créateurs et Fabricants de Jouets Français (ACFJF) a été fondée en 2014, sous l’impulsion d’Alain Ingberg, Président et ancien propriétaire de la marque Meccano, et de Serge Jacquemier, ancien dirigeant de Vulli et de Sophie la Girafe. Leur volonté était de rassembler les créateurs et fabricants du secteur afin de mieux les protéger, tout en générant une dynamique d’entraide et un partage d’expérience. Témoignage d’Alain Ingberg, Président et Directeur exécutif de l’Association.

Pouvez-vous rappeler la genèse de l’Association des créateurs-fabricants de jouets français ?

En 2014, nous nous sommes aperçus avec Serge Jacquemier que les fabricants et créateurs français de jouets étaient mal protégés. A l’origine, il s’agissait surtout de rassembler les entreprises du secteur, afin de leur apporter une motivation commune et un soutien partagé. Nous avons commencé avec 6 marques et elles sont aujourd’hui 65, dont 40 fabricants français et 25 créateurs. Ces derniers regroupent les marques qui ont implanté leur siège en France, ainsi que tout leur processus de R&D et de marketing mais qui, pour des raisons de coûts, fabriquent leurs jouets dans un autre pays. C’est également l’une des raisons pour lesquelles nous avons créé l’Association : encourager et inciter ces créateurs à rapatrier leur fabrication en France. En résumé, nous voulons défendre et valoriser la création et la fabrication française, tout en dynamisant et défendant les intérêts des entrepreneurs.

Quel est le rôle de l’association ?

Nous travaillons particulièrement sur 2 thématiques. La première est d’aider nos fabricants. Il y a beaucoup de start-ups qui se lancent sur le marché du jouet et qui ont besoin d’accompagnement, de l’expérience des « anciens » pour avancer. Nous sommes à l’écoute de leurs problématiques et jouons un véritable rôle de conseil.

L’autre grand volet sur lequel nous nous attelons à trouver des solutions est celui de la relocalisation en France des ateliers de production, avec le soutien du gouvernement français qui œuvre également en ce sens. Et les résultats sont là ! Prenons l’exemple de Lunii, qui vient de réimplanter intégralement sa production en France, en transférant ses ateliers de Chine à Bayonne, le 1er septembre 2020.

Quelle stratégie se dessine à l’approche des fêtes de fin d’année et la conjoncture difficile imposée par la crise Covid ?

 La crise Covid, qui touche de près nos ventes, est renforcée par des incompréhensions vis-à-vis des décisions gouvernementales concernant les petites boutiques, notamment de jouets. Les fabricants et créateurs sont déjà confrontés à d’importantes difficultés de liquidation des stocks et cela ne va pas aller en s’arrangeant. Depuis le mois de septembre, 70% de la production de jouets a été livrée en magasins et ne s’écoule pas… Les 30% restants ont également été fabriqués et seront prochainement livrés. Si les petites boutiques de jouets ne peuvent pas les vendre, elles auront en revanche le devoir de les payer… Mais comment ?

Le click and collect est une solution de secours pour les petits commerçants, mais cela ne permet d’atteindre que 20 à 25% de leurs chiffres d’affaire, en comparaison avec la même période les années précédentes. Noël représente 50% du chiffre d’affaire des vendeurs de jouets. L’année s’annonce très compliquée… Nous encourageons nos membres à développer leurs ventes à l’export afin de libérer un maximum de stocks, mais nous redoutons tout de même beaucoup faillites malheureusement.

Est-ce que les Français ont une posture plus responsable dans leurs achats, par exemple davantage tournés vers le made in France ? 

Je compare facilement l’achat de jouets made in France à l’achat de produits bio. Nous constatons effectivement que les Français ont de plus en plus tendance à se diriger vers ce type de produits, afin d’adopter un comportement responsable. Le géant de la vente par correspondance Amazon l’a également remarqué et nous a fait part de sa volonté de consacrer une boutique aux jouets français, afin de soutenir nos entrepreneurs. Ils nous aident désormais à défendre le jouet français à travers cette boutique en ligne, gérant à la fois l’alimentation de celle-ci ainsi que la publicité.

Petit à petit, nous avons réussi à inculquer aux Français l’importance d’investir dans des produits nationaux, développant et préservant par conséquent l’emploi sur notre territoire.