Widget Image
Widget Image
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim

La direction financière est le couteau suisse de la digitalisation des PME/ETI

RSM a lancé début 2021, en collaboration avec la DFCG, son observatoire de la digitalisation des PME et ETI. Amaury de la Bouillerie, associé RSM en charge du pôle expertise & conseil, décrypte les résultats et enseignements de cette première édition.

Pourquoi avoir mis en place cet observatoire ?

Nous avons tous vécu une période très compliquée, qui nous a fait passer de la stupeur à l’angoisse puis à la résilience. Cela nous a poussé à rechercher de la stabilité dans un environnement instable, mais aussi à fonctionner différemment pour s’adapter à la crise. Cet observatoire, prévu sur une longue durée, a pour objectif de mesurer les tendances de fond en matière de digitalisation mais aussi à identifier les éléments qui relèvent du domaine du conjoncturel et ceux que l’on pourrait qualifier de structurel.

Les enseignements livrés nous permettront également d’apporter des conseils, les plus opérationnels et méthodologiques possibles, afin d’accompagner les DAF[1] à prendre les bonnes décisions.

En quoi la digitalisation de la gestion de trésorerie est un enjeu de taille ? Particulièrement en temps de crise ?

La digitalisation a deux vertus fondamentales : elle permet la transmission d’une information financière plus fiable, avec moins d’erreur potentielles dues à des erreurs de saisie, et plus rapide. En temps de crise, elle devient essentielle car elle permet aux équipes de gagner en flexibilité, notamment en matière de travail à distance. Grâce à l’intelligence artificielle, elle va également offrir la possibilité aux directions de se projeter plus facilement dans l’avenir, en utilisant des outils prédictifs.

Quels sont les grands enseignements de cette première édition de l’observatoire ?

Un des premiers enseignements révèle que plus les entreprises sont importantes, plus elles sont digitalisées. Le fait d’avoir plusieurs sites, plusieurs types de collaborateurs et de services amènent, nativement, les grosses structures à intégrer des processus davantage digitalisés. Même le télétravail est plus répandu dans les grandes entreprises !

J’avais pourtant le sentiment que les petites entreprises plus agiles, plus ouvertes se digitalisaient plus facilement, et qu’a contrario les grandes entreprises étaient limitées par leur organisation plus lourde. Mais cela signifie, en revanche que les PME pourront rattraper plus facilement leur retard en matière de digitalisation.

Vous identifiez trois types de DAF, à quoi correspondent-ils ?

Cette étude nous a enfin permis de dégager trois grandes typologies de direction financière, en fonction de leur état d’avancement sur les questions de digitalisation :

  • Le DAF producteur : il travaille beaucoup sur la réconciliation de données et sur la rédaction de processus. Cela correspond à 47% des répondants et on les retrouve assez majoritairement dans les petites organisations : 58% d’entre eux évoluent dans des entreprises au chiffre d’affaire inférieur à 50 millions d’euros.
  • Le DAF architecte, qui correspond à 45% des répondants : il se positionne à côté des métiers et les accompagne dans leur processus de digitalisation.
  • Le DAF « scientist » : profil le plus avancé en matière de digitalisation, il ne concerne logiquement qu’une petite partie des répondants (8%). Ses processus sont très majoritairement documentés, il est moteur sur un grand nombre de sujets et est en mesure de traiter également des données externes, extra financières, etc.

L’implication du DAF dans les projets de digitalisation de l’entreprise constitue également un enseignement majeur de l’observatoire : 82% des répondants sont impliqués sur des projets qui ne concernent pas uniquement leur service. La direction financière correspond en quelque sorte au couteau suisse de la direction générale et couvre la transformation et la digitalisation de l’ensemble des processus de l’entreprise.

[1] Directeur administratif et financier