Widget Image
Widget Image
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim

Lisi Group, un géant qui garde les pieds sur terre

Créé il y a plus d’un siècle, Lisi se décline aujourd’hui sur trois activités : Lisi Aerospace, Lisi Automotive et Lisi Medical. Emmanuel Viellard, directeur général, nous explique comment le groupe a réussi à se développer à grande vitesse, tout en conservant un ancrage local.

Lisi a aujourd’hui dépassé le cadre le l’ETI, comment expliquez-vous cette croissance rapide ? Sur quelles activités vous êtes-vous positionnés ?

Nous avons en effet réussi à multiplier la taille du groupe par dix sur une période de vingt ans. Aujourd’hui forts de 45 sites dans le monde, nous employons plus de 10 000 personnes pour un chiffre d’affaires en 2019 de l’ordre de 1,7 milliard d’euros.

Cette croissance est due en grande partie à notre capacité à garder un fort esprit entrepreneurial au sein de nos marchés : l’automobile, l’aéronautique et la santé. Nous occupons une place très importante chez nos grands clients, surtout dans les deux premiers secteurs cités. Pour la santé, nous nous sommes positionnés sur deux segments spécifiques : l’orthopédie et les outils utilisés pour les opérations mini-invasives.

Nous avons toujours gardé cette volonté de consolider des niches d’activité, de produire du spécifique pour de très grands clients, plutôt que de lancer des offres transverses ou standardisées. À ces grands clients, nous leur proposons à la fois de la proximité, de l’innovation et de l’excellence opérationnelle. Nous devons être capables de proposer nos propres solutions et de les déployer avec l’offre la plus compétitive possible.

Il y a un antagonisme historique entre ces deux idées, innovation et compétitivité, mais je pense que nous y arrivons avec succès !

À quel point ce type de développement impacte-t-il une culture d’entreprise ?

Selon moi, notre entreprise colle parfaitement au modèle des ETI. Les familles fondatrices sont restées dans la composition du capital et ce depuis très longtemps, puisque je représente moi-même la neuvième génération ! Cela s’illustre aussi dans notre organisation, très éclatée, qui permet de répondre à une nécessaire proximité avec nos clients. Chaque site de production a ainsi une certaine indépendance, avec un codir local. Nos fonctions support ne sont pas doublonnées : notre siège, que nous avons réimplanté à la campagne, dans un village de 3 000 habitants, dans l’est de la France, est d’ailleurs effectif avec une équipe d’une petite trentaine de personnes ! Nous avons conscience que cet attachement très fort au local est une vraie force, notamment pour attirer des jeunes en quête de sens. Dans cette même idée, nous y avons installé notre université interne.

En quoi consiste-t-elle?

Tous nos cadres passent par cette structure, quand ils rejoignent l’entreprise ou lorsqu’ils évoluent et changent de fonction. On y distingue trois niveaux de formation.

Le premier niveau porte sur les bases du management, permettant au cadre d’être en mesure d’encadrer une équipe. Le deuxième niveau les prépare à intégrer les codir. Formation diplômante de type MBA, le troisième niveau est réparti sur deux ans, avec 25 semaines de formation au total ! Il est destiné aux 100 premiers cadres de l’entreprise.

L’aéronautique est confrontée à de nombreux défis, comment imaginez-vous le futur de ce secteur d’activité ? Et l’avenir de Lisi Group dans son ensemble ?

Je n’ai aucun doute sur la capacité du secteur aéronautique à s’adapter, à se réinventer. Nous avons, tous, travaillé pendant les 25 dernières années pour concevoir des avions plus sûrs et moins chers, afin de permettre au plus grand nombre de voyager dans les meilleures conditions. Les 25 prochaines années seront consacrées à la conception d’un avion entièrement décarboné. Il faut faire confiance au progrès car, quand il est bien orienté, il permet des sauts technologiques très importants !

Pour Lisi Group dans son ensemble, la crise sanitaire nous a appris beaucoup de choses. Nous avons sanctuarisé un certain nombre de fonctions – comme le commerce, l’innovation, la recherche – sur lesquelles nous ne voulions pas procéder à des réductions d’effectifs. En parallèle, nous avons mis en place notre plan Boost, grâce auquel nous voulons saisir des opportunités de marché pour se projeter dans le futur, tout en rassurant nos clients et nos équipes sur notre capacité à poursuivre notre développement !