Widget Image
Widget Image
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim

Alentour : faciliter l’accès aux activités de loisirs en les digitalisant

Lancée fin septembre 2021, la plateforme Alentour vient connecter les professionnels des activités de loisirs avec des hôtels, campings, gîtes, auberges, chambres d’hôtes, et les institutionnels du tourisme. Rencontre avec Timothée de Roux, CEO d’Alentour.

Quelle est la genèse d’Alentour ?

La France est la première destination touristique du monde. Sans surprise, la crise sanitaire a été un cataclysme pour ce secteur. Le projet Alentour est né de la volonté du gouvernement de relancer le tourisme.

Dans ce contexte, le gouvernement a mis en place un plan de relance du tourisme comportant un volet numérique confié à la Caisse des Dépôts. Cette dernière a été chargée de créer une plateforme dédiée au numérique portant plus précisément sur les activités touristiques de loisirs. Le loisir est en effet le seul segment du tourisme dont la digitalisation n’est pas encore achevée. En France, il représente pas moins de 22 milliards d’euros de volume d’affaires. Sur ce total, seulement 5 % de réservations sont réalisées de façon digitale. À titre de comparaison, ce montant s’élève à 70 % dans le domaine de l’hôtellerie.

Par ailleurs, ce secteur n’a pas été préempté par des grandes plateformes américaines, que l’on appelle aussi « les GAFA du tourisme ». D’où la volonté du gouvernement de se positionner sur le sujet, et la dimension d’intérêt général du projet, porté par la Banque des Territoires (Groupe Caisse des Dépôts).

Quel est le concept Alentour ?

Nous avons pour ambition de simplifier la réservation digitale d’activités touristiques de loisirs. L’idée est simple, il s’agit de proposer une offre d’activités digitalisée à des distributeurs clés, tels que les hôtels, les campings, et les offices du tourisme qui eux-mêmes vont ensuite les proposer à leurs clients. C’est le volet BtoBtoC d’Alentour.

Le projet comporte également un volet BtoC. Pour ce faire, nous avons fait l’acquisition de la plateforme Manawa.com, leader français de la réservation en ligne d’activités de plein air. Les catalogues de nos deux plateformes pourront ainsi s’enrichir mutuellement.

Pour l’instant, nous avons digitalisé plus de 7 500 prestataires d’activités sur les 120 000 en France. L’objectif, c’est d’en digitaliser 10 000 avant la fin de l’année. L’offre Alentour est présente chez près de 2000 distributeurs sur le terrain.

Une particularité de notre secteur est le fait que nous devons composer avec un marché très fragmenté, composé d’une multitude de petites entreprises. Ainsi, une des forces d’Alentour est justement le maillage territorial de la Banque des Territoires : sa fine connaissance des acteurs régionaux nous permet de rencontrer et d’enrôler les différentes parties prenantes, que les grandes plateformes américaines ou OTAs ne peuvent pas adresser aujourd’hui.

Quant à la plateforme, c’est Amadeus, géant de la réservation en ligne et spécialiste de la distribution de contenus pour l’industrie du voyage, qui gère notre technologie. Notre modèle économique fonctionne à la commission sur réservation.

Quels sont vos objectifs ?

Nous souhaitons surtout continuer à grandir, à nouer des partenariats, pour encourager l’innovation du secteur et faire connaître un maximum d’activités à un maximum de visiteurs.

En termes d’offre, nous sommes déjà leaders sur les activités de plein air. Nous faisons en sorte que les acteurs du loisir amorcent dès à présent leur digitalisation. Cette mutation est d’autant plus indispensable que la demande est de plus en plus digitale, tendance qui ne cessera de s’accentuer au cours des années à venir. Nous devons faire en sorte que ces entreprises ne deviennent pas dépendantes de grandes plateformes américaines.

C’est pourquoi nous souhaitons, d’ici 5 ans, digitaliser 20 % de l’offre d’activités de loisirs en France, afin de booster la visibilité des prestataires d’activités, augmenter le panier moyen des visiteurs qui voyagent en France, et dynamiser ainsi les écosystèmes touristiques locaux.

En termes de réservations, nous estimons que nous aurons plusieurs dizaines de milliers de réservations d’ici la fin de l’année sur nos plateformes. Dans notre pays, il y a un vrai engouement pour les activités de plein air. Une étude réalisée par le cabinet Deloitte montre en effet que 77 % des Français ont réservé une activité de plein air en 2021. La demande est de plus en plus forte… D’après une étude Alentour par Odoxa, 9 vacanciers sur 10 comptent pratiquer des activités touristiques et / ou de loisirs pendant leurs vacances. Les activités sportives et de plein air sont les préférées des Français (49%), suivies de près par les activités culturelles (48%), les activités gastronomiques ou oenotouristiques (35%) et les visites guidées ou les « tours » (31 %).

Quelle est votre stratégie en termes de maillage territorial ?

La plateforme a été lancée en septembre 2021. Pour commencer, nous avons choisi des destinations phares, la PACA et la Savoie et la Haute-Savoie. Ainsi, nous avons passé des accords avec L’Agence Savoie Mont-Blanc et avec le CRT Côte d’Azur France. Notre catalogue d’activités dans ces destinations est aujourd’hui intégré en marque grise sur les sites du CRT Côte d’Azur et de L’Agence Savoie Mont Blanc. Les visiteurs peuvent ainsi retrouver tout ce qu’ils recherchent pour leur séjour dans un seul et même endroit. Notre partenariat avec l’Agence Savoie Mont Blanc est crucial puisque la Savoie et la Haute-Savoie sont deux départements qui forment la deuxième destination française et la première destination montagne été et hiver pour la clientèle française.