Découvrez les plus belles histoires d’entrepreneurs       Découvrez les plus belles histoires d’entrepreneurs      
Retour aux actualités
RSE

Lilian Boyer (RSM) : Green IT, comment rendre le numérique en entreprise plus responsable

septembre 14, 21
2 min. de lecture

« On pense parfois que ce qui est dématérialisé n’a pas d’impact sur l’environnement. Pourtant, les émissions carbones du numérique s’élèvent à 4% des émissions totales ce qui est considérable ». Lilian Boyer, responsable de l’offre Green IT chez RSM, nous explique comment les entreprises peuvent adopter des pratiques plus responsables

Qu’est-ce que recouvre le terme de Green IT ?

Il s’agit d’un synonyme de numérique responsable. Le Green IT permet de cibler l’impact sociétal et environnemental du numérique et de ses usages. Les nouveaux besoins liés aux numériques ne sont pas sans conséquences sur l’environnement. On pense parfois, à tort, que ce qui est dématérialisé n’a pas d’impact. Or, les data centers, les réseaux, les terminaux (smartphones, télévisions connectées) sont autant d’appareils qui consomment et polluent. Le numérique représente à lui seul 4% des émissions de gaz à effet de serre (GES). Et chaque année, l’énergie consommée par le numérique progresse de 9%. Nous sommes donc dans une dynamique d’augmentation exponentielle qui rendra le numérique, d’ici 2025, aussi émetteur en gaz à effet de serre que l’automobile.

Ainsi, l’objectif du Green IT est de permettre à la transformation digitale de rester compatible avec les enjeux environnementaux. Il se développe autour de 4 grands axes :

– Green 4 IT :  faire converger transformation digitale avec les enjeux environnementaux

– IT 4 Green : s’appuyer sur l’IT comme levier à la transition écologique

– Human 4 IT et IT 4 Human, deux axes qui se concentrent davantage sur des questions liées aux enjeux sociétaux (diversité, inclusion, lutte contre les discriminations).

Comment est-ce que ce concept et ces enjeux prennent forme au sein des entreprises ?

Pour les entreprises, l’enjeu se porte essentiellement sur la gestion et la durée de vie de son matériel informatique. Ce qui a le plus d’impact au niveau environnemental, c’est la gestion de la durée de vie des terminaux, que ce soit pour leur fabrication ou le traitement des déchets. Selon l’étude « Pour une sobriété du numérique » de The Shift Project, si les entreprises allongent de 3 à 5 ans la durée de vie de leurs ordinateurs portables, cela peut engendrer une réduction de 37% de leurs émissions de GES !

On présente souvent les data centers comme un élément crucial, mais c’est n’est pas forcément le point le plus impactant dans l’empreinte environnementale des systèmes d’information des entreprises. Leur consommation importante d’électricité a déjà été identifiée, et de nombreuses réflexions et solutions ont été imaginées pour la réduire ou la réutiliser. Par exemple, certains data centers alimentent désormais des réseaux urbains d’eau chaude, économisant ainsi de l’énergie.

Comment les entreprises peuvent-elles faire en sorte de passer à une utilisation plus responsable du numérique ?

Pour faire écho à la réponse précédente, la première chose à faire est d’adopter une politique liée à l’allongement de la durée de vie des terminaux et de gestion de leur fin de vie. S’orienter vers de la location ou la réparation d’appareils numériques plutôt que de l’achat, ou encore miser sur du reconditionné. En d’autres termes, il faut acheter moins mais acheter mieux, avec un objectif de durabilité. Le recyclage des appareils, notamment grâce aux entreprises de l’Économie Sociale et Solidaire (ESS), est également un axe à privilégier.

RSM peut accompagner les entreprises afin de mettre en place ce type de politique.

L’éclairage d’un expert sur le sujet
No posts found
Partager sur
Copy LinkLinkedInTwitterFacebook
Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour connaître nos dernières actualités

Dernières actualités
Dernières actualités